Agriculture familiale durable

Pour soutenir des systèmes alimentaires durables,
Iles de Paix promeut et soutient l’agriculture familiale durable et l’alimentation responsable

Agriculture familiale durable

L’agriculture familiale est une forme d’organisation agricole au niveau de laquelle l’activité productive est gérée par une famille et repose principalement sur la main d’œuvre de ses membres. La ferme et la famille sont intrinsèquement liées et évoluent parallèlement en combinant des fonctions économiques, environnementales, reproductives, sociales et culturelles.

Selon la FAO[1], sur un total de 570 millions de fermes dans le monde, plus de 90% sont gérées par un individu ou une famille et recourent à la main d’œuvre familiale : l’agriculture familiale concerne donc 90% des fermes du monde. Selon les estimations, ces fermes occuperaient de 70 à 80 pour cent des terres agricoles et produiraient plus de 80 pour cent des denrées alimentaires mondiales en termes de valeur.

Loin d’être marginale, l’agriculture familiale est donc au cœur de l’agriculture mondiale. Malgré cela, elle souffre d’un manque de visibilité et de reconnaissance et est très peu soutenue par les pouvoirs publics.

Iles de paix soutient plus particulièrement la petite agriculture familiale qui, malgré le peu de considération dont elle bénéficie, est largement majoritaire dans le monde : en 2015, 475 millions de fermes travaillaient sur une surface de moins de deux hectares[2]

Le caractère durable de l’agriculture est apprécié dans une vision large qui fait référence aux 3 dimensions de la durabilité : économique, environnementale et sociale. Sur cette thématique de la durabilité de l’agriculture, Iles de Paix s’aligne sur le rapport publié en 2010 par le Rapporteur Spécial des Nations Unies sur le droit à l’alimentation[3] qui, s’appuyant sur un examen approfondi de nombreuses publications scientifiques, a défendu l’agroécologie comme un mode de développement agricole hautement durable qui entretient des liens conceptuels solides avec le droit à l’alimentation et qui produit des résultats avérés, en particulier pour les populations vulnérables des pays en développement.

[1] FAO, State of Food and Agriculture, 2014

[2] Lowder S. K., Skoet J and Raney T., 2016, The Number, Size, and Distribution of Farms, Smallholder Farms, and Family Farms Worldwide.

[3] O. De Schutter, 2010, Agroécologie et droit à l’alimentation, rapport présenté le 8 mars 2011 à la 16e session du Conseil des droits de l’homme de l’ONU.

1_IMG_2426