Bénin: « Il est essentiel de maintenir le soutien aux producteurs en respectant les mesures barrières »

Au Bénin, l’équipe d’Iles de Paix et ses partenaires s’adaptent afin de maintenir l’accompagnement des familles du département de l’Atacora.

Dans le contexte actuel, les activités et formations sont réalisées en petits groupes en respectant les mesures et gestes barrières. Le programme prévoit maintenant une importante composante sanitaire : formation à la fabrication de savon liquide (environ 2 à 3 litres par famille), distribution de masques et mise en place de dispositifs simples de lavage des mains par des systèmes de tippy tap. Les équipes d’Iles de Paix et leurs partenaires conseillent continuellement les formateurs présents sur le terrain sur les mesures à prendre. Ceux-ci s’occupent, en plus du soutien technique, de la diffusion de fiches de sensibilisation auprès des familles.

Anselme Dabire, directeur d’Iles de Paix au Bénin précise « qu’il est essentiel de maintenir le soutien aux groupes de producteurs en respectant les mesures barrières. A cette saison, nous poursuivons des activités agricoles très importantes comme la diversification de la production sur de nombreux sites maraîchers et la commercialisation du maïs dans les villages ». Les techniques agroécologiques développées avec les villageois ont permis d’accroitre le rendement des cultures de maïs. De nouveaux sacs hermétiques ont également été utilisés et les greniers de stockage ont été optimalisés avant d’être mutualisés. De nombreux villages ont ainsi stocké collectivement leurs récoltes afin d’attendre la hausse des prix et le bon moment pour vendre dans des canaux de commercialisations avantageux.

Ces ventes ont bien très bien commencé malgré les mesures sanitaires : des acheteurs venus de Porto Novo, la capitale béninoise, ont même fait le trajet pour se procurer ce maïs cultivé de manière agroécologique et connu pour sa très bonne qualité.