Notre action

Quel que soit le continent, quel que soit le pays, nous souhaitons que les conditions de vie des gens s’améliorent pour longtemps. Nous voulons qu’ils poursuivent leur effort de développement quand nous ne serons plus là.

L’action d’Iles de Paix se focalise sur la promotion de l’agriculture familiale durable et de l’alimentation responsable.

Le nombre de personnes qui vivent dans une pauvreté parfois insupportable reste considérable : la sécurité alimentaire reste un défi central pour l’humanité. Le système alimentaire industriel qui a tendance à se généraliser dans le monde est particulièrement toxique : il contribue au réchauffement climatique, il détruit les écosystèmes, il condamne les petits paysans, il met en danger la santé des populations et il génère un immense gaspillage. Par ailleurs, il s’agit d’un système extrêmement vulnérable face à l’instabilité du climat, la fin annoncée d’une énergie bon marché, la rareté de minerais tels que le phosphore qui entre dans la composition des engrais, la diminution des réserves d’eau douce et les crises économiques. Le passage à une agriculture respectueuse de l’environnement est donc aux yeux d’Iles de Paix la seule option possible.

Depuis la création d’Iles de Paix, il y a plus de 50 ans, les programmes ont majoritairement concerné l’agriculture familiale, la transformation des produits qui en sont issus et leur commercialisation.

Sur le terrain, les équipes Iles de Paix posent trois questions :

  • Comment produire plus ?
  • Comment produire au meilleur moment ?
  • Comment faire plus de bénéfices ?
  1. Pour produire plus, il faut utiliser de bonnes semences, avoir un meilleur accès à l’eau pour arroser les parcelles, fertiliser les sols (engrais naturels peu coûteux), lutter contre l’érosion, avoir des animaux en meilleure santé, qui reçoivent une alimentation équilibrée, etc.
  1. Les prix des aliments varient au cours de l’année. Si tout le monde récolte en même temps, tout le monde voudra vendre en même temps. Les prix s’effondreront alors. Différer ou stocker sa production permet de faire de meilleures affaires.
  1. Pour faire plus de bénéfices, il faut transformer sa production.  Par exemple, en vendant du couscous de maïs plutôt que des grains de maïs. Ou du fromage et des yaourts plutôt que du lait. C’est très avantageux.

Nous souhaitons que les gens mangent davantage à leur faim, et que les revenus générés par leur activité leur permettent de couvrir d’autres besoins de base (frais de scolarité, soins de santé, etc .)

Des projets à taille humaine

Iles de Paix a choisi de rester proche des populations. En travaillant à petite échelle, nous touchons et formons réellement les bénéficiaires. Les voisins peuvent imiter un projet réussi si sa taille le rend accessible. Un agriculteur copiera plus facilement l’aménagement d’un potager, par exemple. On favorise le fameux « effet tache d’huile ».

Nous donnons un petit coup de pouce au départ, accompagnons le démarrage des projets. Par leurs actions, les gens réalisent qu’ils sont responsables de leur réussite. Ils sont convaincus qu’ils ont le potentiel pour s’en sortir par eux-mêmes.

L’essentiel est invisible pour les yeux

La construction d’un poulailler ou l’aménagement d’un forage montrent que les conditions de vie s’améliorent. Ce n’est cependant que la partie émergée de l’iceberg. Ces réalisations témoignent d’intenses changements en profondeur. Même si cela ne se voit pas, des gens se sont mobilisés, avec le soutien d’Iles de Paix, avec leur force, leur énergie et leur motivation.

Ils ont davantage confiance en eux et dans leurs propres capacités. Cette confiance leur permet d’oser s’engager dans de nouvelles activités et d’enclencher un cercle vertueux de développement.

Vraiment, l’essentiel est invisible pour les yeux…