Contexte actuel du Burkina Faso

Le Burkina est un pays sahélien enclavé où l’agriculture occupe plus de 80% de la population.

En milieu rural, les problèmes environnementaux s’aggravent : dégradation des terres agricoles et des ressources en eau, perte continue de biodiversité et effets négatifs des changements climatiques (inondations, sécheresses, baisse de la pluviométrie). Ce processus est aggravé par une mauvaise gestion des ressources naturelles due entre autres à une pression démographique croissante.

La sécurité alimentaire n’est pas régulièrement assurée d’une année à l’autre et l’incidence de pauvreté demeure élevée dans les zones rurales où l’agriculture est la plus pratiquée.

Plus de 40% de la population burkinabè vit sous le seuil de pauvreté. L’insécurité alimentaire touche près de 50% des ménages.

Comme pour le reste du pays, les familles des producteurs des régions du Centre-Est et de l’Est du pays vivent les mêmes réalités. Ils tirent l’essentiel de leurs moyens de subsistance de l’agriculture qui demeure tributaire des conditions météorologiques avec des précipitations fluctuantes exacerbées par le phénomène des changements climatiques. Les productions arrivent difficilement à couvrir les besoins alimentaires des ménages qui sont par ailleurs obligés de vendre une partie de leur récolte pour satisfaire leurs besoins financiers.

De plus, les populations locales sont obligées de vendre leurs productions à bas prix au moment des récoltes pour répondre à leurs besoins financiers immédiats (scolarisation des enfants et soins de santé) et à la nécessité d’écouler rapidement des denrées qu’elles n’ont pas les moyens de conserver longtemps. Elles doivent alors souvent racheter des vivres quelques mois plus tard à des prix élevés pour pouvoir continuer à se nourrir.

Dans ces conditions, Iles de Paix et ses partenaires mettent en œuvre deux programmes complémentaires dans les communes de Gounghin, Baskouré, Tibga et Diabo dans les régions Est et Centre-Est du Burkina-Faso :

  • Un programme axé sur le volet productif : Programme de promotion de l’agriculture familiale durable

  • Un programme axé sur le volet post-production : un programme d’appui à l’amélioration de la sécurité alimentaire – Kood Zaanbo

Ces deux programmes soutiennent directement 750 familles – soit 6.000 personnes.