Dominique Pire

Dominique Pire, fondateur d'Iles de Paix et Prix Nobel de la Paix en 1958.

Dominique Pire

La jeunesse de Dominique Pire

Dominique Pire est né en 1910 à Dinant. La famille Pire s’exile lorsqu’éclate la Première Guerre mondiale. Cette expérience influencera fortement le futur engagement social de Dominique.

Son engagement

Il rejoint, à l’âge de 18 ans, l’ordre des dominicains et entre au couvent de la Sarte, à Huy.

Très tôt, il s’engage dans des actions à caractère social au profit des familles démunies: les stations de plein air pour les enfants défavorisés et le Service d’entraide familiale (SEF).

L’aide aux réfugiés de la guerre

Après la guerre 40-45, il mène campagne en faveur des réfugiés d’Europe de l’Est. Par le biais de son association Aide aux personnes déplacées (APD), il s’emploie, ainsi, à trouver des solutions pour sortir un maximum de réfugiés des camps dans lesquels ils sont parqués : parrainages, fondation de villages européens facilitant l’intégration de familles dans la population autochtone et création de homes pour personnes âgées ne trouvant aucun pays d’accueil.

Le Prix Nobel de la Paix

Cet engagement en faveur des réfugiés d’Europe de l’Est lui vaut, en 1958, le Prix Nobel de la Paix.

L’Université de Paix

Le drame des personnes déplacées n’était que la pointe de l’iceberg. Dominique Pire ressent le besoin de s’attaquer aux racines des conflits qui sont responsables des maux de la planète. C’est dans cet esprit qu’il fonde, en 1960,  l’Université de Paix. Des jeunes du monde entier viennent s’y former au dialogue fraternel et à la résolution pacifique des conflits.

Iles de Paix

Deux ans plus tard, à la suite d’une mission destinée à étudier le problème des réfugiés victimes du conflit indo-pakistanais, Dominique Pire est interpellé par la problématique du développement dans le tiers-monde. Cette prise de conscience débouche tout naturellement, chez cet homme d’action, sur un engagement très concret. Il crée, à Gohira, au Pakistan Oriental, l’actuel Bangladesh, la première Ile de Paix. À l’inverse de l’aide caritative qui ne peut répondre qu’à l’urgence d’un moment, ce projet repose sur une collaboration à long terme avec une population qui est appuyée dans le développement de ses ressources, si maigres soient-elles.

Dominique Pire meurt, en janvier 1969, des complications d’une opération chirurgicale. Il a 59 ans.

Voir la biographie détaillée de Dominique Pire