Pour et avec les familles des agriculteurs du Burkina Faso

Le Burkina Faso est confronté à une crise sécuritaire depuis plusieurs années. Secouées par des incidents violents, les populations se déplacent de plus en plus au sein du pays : au nombre de 560 000 en décembre 2019, les déplacés internes étaient plus de 1 500 000 fin 2021. Les crises sécuritaires et sanitaires actuelles dégradent les conditions de vie des familles et accentuent la récession économique.

Trois millions de personnes souffrent d’insécurité alimentaire, soit près d’un habitant sur six. Pourtant, 86 % de la population travaille dans l’agriculture et l’élevage, principalement au sein de petites fermes familiales. Les paysans sont de plus en plus vulnérables en raison des changements climatiques, de l’acquisition controversée de grandes étendues de terrain par des entreprises et de la dégradation de la situation sécuritaire dans la région. Dans ce contexte, les rendements agricoles sont faibles. De plus, les petits agriculteurs perdent une partie importante de leur production à cause des mauvaises conditions de récolte, de transport et de stockage.

Ces difficultés creusent chaque jour l’écart entre les revenus des agriculteurs et les besoins de leur famille. L’usage des pesticides, toujours largement répandus, ne permet pas de répondre aux enjeux actuels. Il appauvrit la population, rend les producteurs dépendants de l’agro-industrie et engendre des problèmes de santé publique. Au Burkina Faso, près de 84 % des travailleurs agricoles subissent chaque année des intoxications aiguës à cause des pesticides.

Iles de Paix défend une transition vers des modèles productifs plus durables, solides et rentables pour les familles d’agriculteurs et les consommateurs. Favorisant les actions locales, nous sommes principalement actifs dans les provinces de Kouritenga et du Gourma, au centre et à l’est du Burkina Faso.

Notre travail au Burkina Faso

Grâce à l’expertise d’une ONG locale (ARFA):

  • Nous formons des familles de producteurs à des techniques spécifiques contre la sècheresse de la terre : fabrication de compost ou d’engrais bio, élevage de poules, stockage des récoltes, etc. Si nécessaire, nous fournissons du matériel ou construisons avec les agriculteurs des clôtures, des forages pour l’irrigation ou des greniers pour la conservation de la production.
  • Nous travaillons avec des groupes de femmes qui produisent, transforment et commercialisent des légumes, des fruits et des céréales. Nous donnons des formations techniques, facilitons l’accès à des magasins de stockage et à des équipements pour la transformation et l’emballage de produits. Nous mettons aussi en relation ces femmes avec des fournisseurs de matières premières et avec de potentiels acheteurs pour qu’elles puissent vendre des produits de qualité et augmenter leurs revenus.
  • Nous dialoguons avec les citoyens sur les enjeux de leurs choix de consommation et mettons en relation des consommateurs avec des producteurs maraîchers.
  • Nous travaillons avec les conseils municipaux des villes et villages pour qu’ils prennent en compte les besoins des petits agriculteurs et les soutiennent sur le long terme. De même, au niveau national, nous menons des campagnes médiatiques et des actions de plaidoyer auprès du Ministère de l’agriculture pour qu’il adopte et mette en œuvre des politiques en faveur de l’agroécologie (contrôle de l’importation et de l’utilisation des pesticides, promotion des produits locaux, etc.).

Quelques chiffres clés

Rien que sur l’année 2020, nous avons travaillé avec 9700 personnes, dont 58 % de femmes. 3000 arbres ont été plantés. Plus de 360 familles disposent désormais de poulaillers pour leur consommation et pour la vente. Grâce à une meilleure qualité et une plus grande diversité des produits mis sur le marché, les agricultrices ont augmenté leurs revenus de 80 %.

Parce que nous ne voulons pas nous arrêter là, nous allons travailler avec 320 familles supplémentaires. Nous souhaitons soutenir 8 groupes de producteurs maraichers sur 8 sites différents ainsi que 5 groupements de femmes. Nous appuierons des dynamiques de développement territorial inclusives en accompagnant les différents acteurs régionaux impliqués dans l’amélioration du système alimentaire local.

 Nos partenaires au Burkina Faso

ARFA (Association pour la Recherche et la Formation en Agro-écologie) est une ONG burkinabè qui dispose de plus d’une vingtaine d’années d’expérience en matière d’appui au développement socio-économique du Burkina Faso. Sa mission est de contribuer au maintien et à la promotion d’un environnement sain et productif par la création, avec l’engagement des collectivités villageoises, d’une agriculture nouvelle basée sur l’agroécologie. ARFA est membre de plusieurs réseaux nationaux et internationaux s’investissant dans la protection de l’environnement et la promotion de l’agriculture écologique/biologique. Elle a accompagné au niveau national la création du Conseil National de l’Agriculture Biologique (CNABio) du Burkina Faso, structure faîtière des acteurs de l’agriculture biologique/écologique au Burkina Faso.

Préférences des cookies

Les cookies permettent à ce site de fonctionner correctement et nous permettent de personnaliser les actions marketing (Google, Facebook et autres).

Lire notre politique de cookies